“JE NE SUIS PAS CROYANT, MAIS JE TIENS À DES VALEURS”

Partir à la découverte de la foi

“Il n’y a plus de morale…

Quelles valeurs vais-je transmettre à mes enfants ?...

À bien y regarder, les chrétiens ne sont pas meilleurs que les autres…”

Ces propos sont porteurs –comme en filigrane– d’une seule et même question : au fond, qu’est-ce que vivre ? 

La vie n’est pas ce long fleuve tranquille dont nous pourrions rêver ! Elle est faite de choix (parfois difficiles, voire même douloureux)… Elle est aussi marquée par tout ce qui s’impose à nous, ce que nous sommes contraints de subir, au point d’en arriver à nous dire que notre liberté n’est qu’une illusion.

Ainsi, sur le cours d’eau de notre vie, il n’est pas étonnant que nous recherchions les repères, les valeurs, qui sont à même de nous aider à mener la barque de notre existence, en évitant tous les écueils, ou tout au moins en faisant en sorte que les différents obstacles ne soient pas la cause de notre dérive ou, dans le pire des cas, de notre naufrage…

“C’est un fait : l’être humain est continuellement requis de se décider, de décider, d’opter, de choisir, de s’orienter. Quand bien même il déciderait de déléguer ce soin à d’autres, parce que ça l’arrangerait… C’est encore là une décision. Pour des petits enjeux comme pour des enjeux existentiels forts (vivre en couple, donner naissance à des enfants, choisir un métier, etc.), toute personne est requise de l’intérieur à s’orienter, à conduire sa vie. Elle doit le faire dans l’ici et maintenant de sa réalité, c’est-à-dire dans des conditions concrètes qu’elle n’a pas choisies. Et elle le fait toujours à ses risques et périls, tant il est vrai que maîtriser à l’avance toutes les conséquences de ses choix est rigoureusement impossible. D’où la question : comment s’y prendre pour que nos décisions soient, à nos yeux, les meilleures possibles ?“
compass_old_paper_02
Marie-Christine Bernard
La liberté en actes, Desclée de Brouwer, 2012, p. 20