« Je me suis consacré aux autres et j’éprouve toujours une fabuleuse empathie pour les êtres que je rencontre. Je souhaite ne pas vivre autrement… Croire en Dieu me suffit. Qu’est-ce que les religions, après tout, sinon diverses approches face à la croyance en l’existence de Dieu ? Et en quoi l’une prévaudrait-elle sur les autres ? Vous ne trouvez pas cela vain ? Tous ces fidèles d’accord pour dire qu’ils aiment l’agneau, mais qui se disputent, voire s’entre-tuent, quand il s’agit de dire quelle est la meilleure façon de le préparer… Tout cela est tellement ridicule ! C’est comme s’ils affirmaient : “Je n’ai jamais rencontré Dieu, personne ne peut même prouver qu’il existe, mais figurez-vous que c’est moi qui ai raison”. »

 

Marie Fitzgerald

« Les Héritiers passent à table », Paris, Editions Nouvelles Plumes, 2013, p. 168-169).

Questions

– On entend beaucoup de gens parler comme cela. Souvent ils le disent dans un esprit conciliant. Peut-être le penses-tu ?

– As-tu remarqué, dans le texte, que les « diverses approches » que sont les religions se retrouvent toutes « face à la croyance en l’existence de Dieu » ? Donc face à la même ignorance de ce qu’est Dieu, mais avec une égale certitude affichée ?

– Si on dit que « toutes les religions se valent », alors chacune ne vaut pas grand’ chose…